Evangéline Serpentaire (en cours)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Evangéline Serpentaire (en cours)

Message par Evangeline Serpentaire le Dim 24 Aoû - 12:38

I) Informations générales
Nom :
Serpentaire
Prénom :
Evangéline Christine Anne Merope
Age :
16 ans et demi
*Date de naissance :
30 août 1983
*Signe astrologique :
Vierge
*Groupe Sanguin :
O+
*Droitier ou Gaucher :
droitière
Poste du moment :
étudiante à Poudlard dès que ça sera rouvert.
En attendant,, je dirais... pensionnaire à Covent Garden

II) Le physique
Autant le dire tout de suite, le physique d'Evangeline est pour le moins particulier. En effet, la jeune femme souffre d'une maladie génétique très rare, nommée la Xeroderma Pigmentosum, appelée aussi "maladie du vampire". Cette affection, très grave, se traduit notamment par une ultrasensibilité à la lumière, entraînant de graves lésions de la peau et d'importants troubles oculaires, une anémie chronique demabndant de fréquentes transfusions sanguines, une intolérance mortelle à l'ail, faiblesse des gencives entraînant une mauvaise implantation des canines, hyper développement des cheveux et des ongles, température corporelle largement inférieure à la normale... Techniquement parlant, le mécanisme de réparation de l'ADN nefonctionne pas, empêchant la régénération des cellules épîdermiques et dermiques détruites en cas d'exposition au soleil, et ralentissant terriblement la cicatrisation. Cela interdit toute exposition, si brève soit-elle à la lumière du soleil, ainsi qu'à toute autre forme de lumière, excepté celle des chandelles, à moins de prendre des précautions draconiennes et réduit l'espérance de vie du malade à une vingtaine d'années. Trente maximum. Autant dire que cette affection a une influence décisive sur l'apparence d'Evangéline...

Cheveux :
D'un roux chaud et changeant suivant la lumière, variant de l'auburn à l'ambre en passant par le rouge sang, ils sont d'une longueur impressionnante, bien que souvent relevés et attachés. Ils sont assez raides et souvent mal démêlés.
Yeux :
Ses yeux, extrêmement fragiles, aux paupières d'une finesse incroyable, sont d'un gris-vert nacré, envoûtant, presque effrayant, si pâle qu'il en paraît presque transparent. Toujours fardés de couleurs sombres, ils en paraissent encore plus impressionnants.
Visage :
Malgré une pâleur de spectre (dûe autant au fait qu'elle ne 'expose jamais à la lumière du soleil à son anémie) le visage d'Evangéline est beau : l'ovale est presque parfait, les traits délicats, les lèvres fines et bien dessinées, le nez droit. Elle en prend grand soin et le dissimule souvent sous un voile ou un masque vénitien pour le protéger des rayons du soleil. Ce qui lui a déjà valu des remarques acerbes.
Morphologie :
Contrairement à ce qu'on pourrait croire quand on dit d'elle qu'elle est anémique, Evangeline n'est pas squelettique. Du haut de son mètre 75, elle affiche une silhouette fine, délicate, certes, mais certainement pas maigre, aux courbes harmonieuses qui donnent à son corps une forme de violon. Ses bras et ses jambes, longs et fuselés ont cette grâce de mouvement qui dénote de longues années de pratique de la danse.
*Autres :
Ses mains, fines et étroites affublées de grands ongles qu'elle est obligée de tailler très régulièrement.
Style vestimentaire :
Depuis toujours, nécessité faisant loi, Angie s'est retrouvée amballée dans des vêtements très couvrants, souvent extravagants, et a abrité son visage de la lumière sous de vastes capelines à très larges bords et ses mains avec des gants ou des mitaines.
Peu de styles contemporains permettent de couvrir à ce point le corps sans passer pour une apprentie astronaute ou une personne excessivement frileuse. C'est donc contrainte par sa pathologie et par désir d'en minimiser autant que possible les signes visibles qu'Angie s'est rabattue sur le style "romantique gothique", arborant de longues robes médiévales ou de style victorien (1880-1900 essentiellement), colliers "étrangleurs", capelines, ombrelles, et mitaines de dentelle.
Depuis quelques années, elle agrémente ces tenues de vastes capes, de dominos et de masques, essentiellement acquis à Venise, où son père séjourne souvent.
*Signes particuliers :
Le physique tout entier d'Evangéline est particulier, ainsi que je vous l'ai indiqué plus tôt dans cette fiche. Signalons tout de même quelques points de son anatomie qui sont dignes d'intéret : tout d'abord, ses canines, plus longues que la moyenne, et les grandes marques de brûlures mal cicatrisées qui couvrent ses bras et son dos. Elle souffre également de problèmes respiratoires divers, à commencer par de l'asthme.

III) Le mental
Qualités :
Evangeline est une jeune femme équilibrée et intelligente, pleine de bon sens. Vive d'esprit, dotée d'une grande imagination, elle est aussi très lucide et observatrice. Bien qu'aimant rêver, elle ne se berce pas de chimères et garde les pieds bien sur terre. Maligne, rusée, elle possède un esprit logique que contrebalancent une grande sensibilité et un excellent instinct. Raffinée et cultivée (famille ancienne oblige), elle possède un oeil averti, une oreille musicale très fine et un bon goût indéniable. son vécu lui a appris à être tolérante et à ne pas juger les gens sur leur apparence. Romantique et parfois romanesque, elle est aussi capable de trésors inestimables de gentillesse, de douceur, de délicatesse, de tendresse, de patience, de compréhension et de psychologie. Elle peut le faire...
Défauts :
Evangeline est quelqu'un de très élitiste et de terriblement exigeante. Susceptible à l'extrême, parfois très cassante, elle est aussi capable d'être tout simplement odieuse quand elle n'aime pas les gens. Rancunière, elle est capable d'être infiniment retorse en matière de revanche. Son ambition peut être vue par certains comme de l'arrivisme et il est extrêmement difficile de la faire changer d'idée quand elle est décidée à ne pas en changer. mordante, méchante, elle a la dent très dure quand elle se sent attaquée. Ce n'est pas quelqu'un dont il est bon de se faire une ennemie, parce que son inimitié peut devenir obsessionnelle...
*Evolution du caractère :
Angie n'a jamais été une sainte. Elle a toujours eu une attitude très tranchée suivant les personnes : adorable, merveilleuse d'attentions, de douceur, de compréhension, d'écoute - bref, angélique - avec ses amis ; odieuse, méchante voire cruelle, infiniment rancunière et impitoyable avec ses ennemis ; indifférente au reste du monde.
Mais les choses ont changé : son cercle d'amis s'est réduit, et le nombre de ses ennemis a augmenté, et surtout leur nature a changé. Des dindes gloussantes et ricanantes et des paons infatués qu'elle avait à affronter étant à l'école, elle est passée à toute une catégorie de la population britannique...
*Trait(s) particulier(s) :
Sa susceptibilité et sa sensibilité "épidermiques" la rendent vulnérable, plus qu'elle ne l'estime convenable : une seule remarque, en apparence innocente suffit à la miner profondément. Il suffit de connaître ses failles...
Ce qu’il aime :
Evangéline est passionnée par l'histoire du Fantôme de l'Opéra. Pourquoi ? et bien parce que cette tragique histoire d'amour lui parle... Et aussi parce qu'elle imagine mieux que personne quel calvaire devait endurer le Fantôme, vivant elle aussi derrière un masque depuis sa plus tendre enfance. De plus, ayant baigné dans l'Opéra et le classique depuis sa plus tendre enfance, elle est complètement accro à ça.
Evagéline s'applique à mériter le nom de "Vampire" accolé à celui de sa maladie. Elle aime énormément la nuit, et l'humide froideur des souterrains et des caves. Elle aime le vent qui gifle les toits et les visages et transforme ceux qui osent l'affronter en chauves-souris avec leur cape gonflée. Elle aime la pluie qui vide les rues de ses passants. Elle aime la neige et son silence glacial qui enveloppe tout d'une épaisse chappe d'immobilité. Elle aime l'orage et ses déchaînements. Elle aime l'hiver et son ciel gris. Bref, elle aime tout ce qui effraie et déprime les autres.
Ce qu’il n’aime pas :
Quoique belle, Evangéline se déteste franchement. A preuve, les cicatrices de brûlures. Sa manière à elle de se scarifier.
Hormis cela, la liste des choses qu'elle déteste serait sans doute trop longue pour la dresser de manière exhaustive. En priorité viennent les ragots et les moqueries. Elle trouve ridicule cette manie du bronzage, et regarde avec mépris ses adeptes, qu'elle aime à désigner en citant cette réplique de Meurtre au Soleil : "Ce ne sont plus des hommes ni des femmes, mais des pièces de viande à l'étal, grillant au soleil." De même, elle abhore ces dindes gloussantes qui, parce qu'elles pouvaient exhiber leur corps à la chaleur du jour, se croyaient supérieures à lui, et presque autant ces paons infatués qui se moquaient de son léger accent français. Elle déteste profondément sentir sur son passage des regards apitoyés ou dégoûtés. Elle préfèrerait encore être ignorée.
Hobbies :
Chanter et lire sont ses deux hobbies. Evangéline a lu des centaines et des centaines d'ouvrages, et en a relu certains quatre ou cinq fois au moins. Quant au chant, malgré ses problèmes de respiration, elle s'entête à s'entraîner chaque jour, à travailler sa voix. d'ailleurs, depuis qu'elle a investi les combles de Covent garden, elle entend des voix... Une voix d'homme, qui la guide et la corrige, et avec qui elle a parfois de longs entretiens. Elle devine une souffrnace derrière cette voix. Une souffrance dont elle espère un jour connaître la raison...
*Tic(s) :
Angie a plusieurs tics : se mordre l'ongle du pouce quand elle réfléchit, se passer une main dans les cheveux quand elle est mal à l'aise, se tordre les mains quand elle est nerveuse ou inquiète, jouer avec l'une de ses bijoux quand elle est énervée...
*Phobie(s) :
En dehors de la lumière qu'elle craint pour des raisons très rationnelles, Evangéline a une peur bleue... des rats ! Le simple fait d'en apercevoir un, même de loin lui fait pousser des cris d'orfraie. Et, pour avoir longtemps été "transformée en cible pour fléchettes" selon ses propres termes (en fait, transfusions, injections en tous genres, vaccins...), elle a développé une phobie des aiguilles et des piqures.

IV) La famille
Les tuteurs :
Son père, Edouard M.S. Serpentaire, 57 ans (né le 19 juillet 1943), Français, sorcier de Sang-pur. Ce grand Maestro descend d'une vieille famille de sorciers, d'origine anglaise, dont la branche cadette s'est installée en France depuis la fin du 15ème siècle.
Sa mère, Julia Smythe-Webster, 52 ans (née le 20 novembre 1948), anglaise, sorcière de Sang-pur. Originaire du comté de Norfolk, elle représente seulement la quatrième génération de sorciers de sa famille. Mais la fortune familiale suffit à compenser le manque de noblesse.
Le(s) (demi)frère(s) et (demi)sœur(s) :
Evangéline est la benjamine d'une fratrie de six enfants. Fratrie qui compte, dans l'ordre :
- Philippe, 32 ans (né le 20 septembre 1968), marié, 3 enfants (Marguerite, Faust et Violetta). Ancien Serpentard. Après avoir voulu suivre les pas de son père et devenir chef d'orchestre, a changé d'optique et est devenu pianiste concertiste.
- Charles, 29 ans (né le 12 octobre 1971), célibataire et sans enfant. Ancien Serpentard. A fini ses études brillamment et a embrassé ensuite une carrière d'avocat auprès du Magenmagot français.
- Henri, 26 ans (né le 17 avril 1974), marié, sans enfant. Ancien Serdaigle. Fait actuellement des études de médicomage à l'université de Magie de Paris, après avoir voulu s'inscrire à celle d'Edimbourg.
- Louis, 23 ans (né le 3 février 1977), célibataire, sans enfant. Ancien Gryffondor - on se demande comment ça se fait ! - Eternel velléitaire. Vient de commencer une école de journalisme. Voudrait devenir critique de théâtre ou, mieux, comédien.
- Victoire, 20 ans (née le 8 juin 1980), célibataire, sans enfant. Ancienne Serdaigle. A dû interrompre ses études avant la fin à cause de la guerre. A regagné la France, où elle travaille à Paris, dans l'Allée verte, à la Librairie Centrale.
*Maris/femme/enfants :
nada. D'ailleurs, sachant parfaitement qu'elle ne dépassera jamais les trente ans, elle ne veut pas d'enfant.
*Autres :
Ses deux belles-soeurs, Jeanne, la femme de Philippe, et Catherine, la femme d'Henri. Ses neveu et nièces, à peine plus jeunes qu'elle (elle n'a que sept ans de plus que Marguerite, l'aînée). Thelma Winthrope, sa correspondante américaine, à qui elle écrit très régulièrement. Antoine Carpentier, son ami d'enfance. Et Marc, le frère jumeau de celui-ci, son ex-petit ami.
Quelle relation entretient-t-il avec sa famille ?
Avec ses parents, Evangéline entretient des relations ni meilleures, ni pires que la plupart des jeunes gens de son âge issus d'une famille aussi ancienne et noble que la sienne : l'éducation veut qu'elle les vouvoie, et les démonstration d'affection gratuites sont rares. Mais elle les respecte et les aime, quoique d'une manière très introvertie.
Avec ses frères et soeur, Evangéline a d'excellents rapports. Elle est très proches d'eux, malgré les années qui les séparent, et partage beaucoup de choses avec eux. De même, elle est très complice avec ses neveu et nièces, et agit plus en grande soeur avec eux qu'en tante.
Avec Thelma, c'est une autre forme de relation qui s'est instaurée : les deux jeunes filles ne se sont jamais rencontrées, et leurs relations sont toujours restées au stade épistolaire depuis l'enfance. Elles s'envoient toutefois une photographie par an, pour le jour où elles se rencontreraient. Mais, malgré cela, elles se connaissent par coeur, et n'ont guère de secret l'une pour l'autre.
De même avec Antoine, qu'elle a connu pour ainsi dire au berceau. Ce jeune homme, Moldu, a été le seul à ne pas la rejeter pour sa "différence". Il est fou amoureux d'elle, et elle l'adore, comme on adore quelqu'un avec qui on a des années de complicité, de secrets, d'amitié.
Marc est un cas différent. Lui est sorcier, et alors qu'Antoine est un garçon adorable, Marc est un insupportable Macho. Evangéline et lui sont sortis ensemble "à distance" pendant quelques mois, puis Evangéline, exaspérée de n'être à ses yeux qu'une pauvre fille, handicapée de surcroît, a fini par mettre fin à leur relation. Marc ne l'a jamais accepté et ne cesse de la harceler par hibou.
avatar
Evangeline Serpentaire
Pensionnaire de Covent Garden

Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 24/08/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Evangéline Serpentaire (en cours)

Message par Evangeline Serpentaire le Lun 25 Aoû - 13:18

V) L’histoire
Lieu de naissance :
Evangéline est née à Paris, dans un hôtel particulier de la place de l'Opéra (9ème arrondissement) presque en face de l'Opéra Garnier.
Habitation :
L'hôtel particulier de la famille Serpentaire est une construction datant à l'origine du XVIIème siècle - quand il commençait à être de bon ton de s'installer à Paris, près du Roy - mais qui fut rénovée à plusieurs reprises au cours du XVIIIème, puis du XIXème siècle, notamment par les bons soins du baron Haussmann. Comptant quatre étages - plus les combles - cette vaste demeure, aux grandes pièces heutes de plafond, est pour le moins agréable, richement meublée.

*Parcours professionnel
Aucun à ce jour.
*Education reçue :
Comme beaucoup de jeunes gens issus de la noblesse, d'une part, et de familles de sang-pur d'autre part, Evangéline a reçu une éducation assez stricte; reposant sur tout un système de valeurs anciennes et prisées comme inestimables - archaïques diraiient certains - et de traditions incontournables. On lui a enseigné, sinon à mépriser ou haïr les Moldus, tout du moins à s'en méfier et à éviter de les fréquenter : "Ces gens-là ne sont pas comme nous. Ils ont peur de nous et la peur rend dangereux."
Ancienne élève de Poudlard, elle a été obligée d'arrêter ses études en cours de quatrième année suite à la guerre et à la chute de Poudlard. Revenue en France, elle a été prise en main par son frère Philippe qui lui a appris tout ce qu'elle était censée savoir jusqu'à la fin de cinquième année. Après quoi, elle a décidé de revenir en Angleterre, désireuse de faire quelque chose d'utile. Son éducation magique reste encore inachevée.
*Buts et ambitions :
Evangéline a un but majeur : vivre sa courte vie de manière intense. Voilà pourquoi, malgré son jeune âge, elle a décidé de ne pas se tenir à l'écart de cette guerre. Comme elle sait qu'elle ne vivra pas vieille, sa seule ambition est de vivre pleinement ses rêves.

VI) Autres caractéristiques
Alignement prit :
Contrairement à ce que son ascendance, sa Maison, son éducation et même son caractère auraient pu laisser imaginer, Evangeline n'a pas embrassé une carrière de Mangemorte. Au contraire, à cause de son amitié avec Antoine et des discussion qu'elle a pu avoir avec un groupe de Serpentards "à part", elle a choisi la voie de la Résistance. Et puis peut-être aussi que ses longues discussions avec "la Voix de Covent Garden", comme elle l'appelle dans ses lettres, l'ont amenée à se décider. Pourtant, elle ne fait partie ni de l'ordre, ni de la résistance. Elle a intégré le réseau parallèle 'Requiem", dirigé par son ancienne condisciple Vyktorija Stoneheart.
Idéologie :
Aucune à proprement parler : Evangélin e n'est pas une femme d'idéal. "Vivre et laisser vivre", voilà comment on pourrait résumer son optique de vie.
*Animal de compagnie :
Elle n'en a pas à elle, mais depuis quelques telmps, un chat noir, maigre comme un fil, vient souvent la rejoindre dans sa chambre.
* baguette magique :
églantier, 18cm3, larme et cheveu de sirène.
*Inventaire :
Sa baguette, quelques bijoux, toujours un ou deux flacons contenant les remèdes nécessaires à sa survie, des livres du sol au plafond dans sa chambre, des partitions, les lettres de ses amis qu'elle conserve précieusement, ses masques, et une rose noire sèchée qu'elle a un jour trouvée devant la porte de sa chambre, à Covent Garden.
avatar
Evangeline Serpentaire
Pensionnaire de Covent Garden

Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 24/08/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Evangéline Serpentaire (en cours)

Message par Evangeline Serpentaire le Lun 25 Aoû - 18:22

Histoire de sa naissance jusqu’à ce jour :


En l'an 1462, Semacgus Slytherin mourait, après avoir été torturé, de la main de sa propre fille illégitime, la Dame Blanche Carmilla Von Gefahr. Il laissait trois enfants : Une fille, Semiramis, qui devait mourir sans descendance, et deux fils, Hannibal, qui resta en Angleterre et continua la lignée dont sont issus les Morfinn et les Gaunt, et Scipion, qui partit pour la France, où il s'installa sous le nom de Serpentard. Il épousa une jeune Française, qui lui donna plusieurs enfants. Par la suite, au fil des siècles, le nom de Serpentard fut altéré pour devenir Serpentaire. Le nom de son père.

Son nom est Evangéline Christine Anne Merope Serpentaire. Elle est née à Paris il y aura dix-sept ans bientôt, sixième enfant de Edouard Marvolo Salazar Serpentaire et de son épouse, Julia Smythe-Webster.

Être issu d'une telle famille n'est pas chose aisée : l'on est contraint de respecter des traditions, des valeurs, qui, aux yeux du monde, sont obsolètes. Les valeurs de sa famille pouvaient se résumer ainsi : excellence en tout, ne jamais échouer de quelque manière que ce soit, Ne jamais oublier qui l'on est, d'où l'on vient et quel était notre ancêtre. L'éducation qu'ils reçurent, ses frères, sa soeur et elle, fut stricte, mais non dénuée de bon sens ni d'humanité. Leurs parents, gens intelligents et doués de sensibilité artistique, les entourèrent d'affection - une affection discrète, peu démonstrative, mais réelle.

Son frère aîné, Philippe, raconte souvent qu'à sa naissance, son premier cri alerta les médicomage, car il était plus aigu et plus douloureux que la normale. Il fallut quelque semaines pour comprendre de quoi elle souffrait. La Xeroderma Pigmentosum. La Maladie du Vampire. Une maladie qui provoque d'intolérables brûlures à la moindre exposition à la lumière.
C'est alors qu'elle n'avait qu'un mois qu'elle rencontra pour la première fois Marc et Antoine Carpentier, deux jumeaux d'une famille plus humble du voisinnage. Antoine souffrait d'une affection semblable à la sienne, et était traité par le même médecin. A force de se voir chaque semaine chez le médecin pendant des années, les deux bébés s'étaient liés de cette amitié indéfectible qui prend ses racines dans l'inconscient. Malgré la différence de milieu (radicale, car la famille carpentier est Moldue), ils devinrent vite inséparable.

On ne peut pas dire que son enfance fut des plus heureuse, quoiqu'elle ne s'en plaignît jamais. Enfant fragile, dont la maladie empoisonnait chaque seconde de sa vie et qui, de surcroît souffrait de problèmes respiratoires, elle était rejetée par les autres enfants, qui avaient peur d'elle. L'affection de sa famille ne saurait pas combler le besoin d'amitié d'une enfant aussi sensible qu'elle. Pourtant, lucide, elle savait que d'autres enfants enduraient bien pire qu'elle. Et c'était une souffrance de plus, car elle ne s'estimait alors plus le droit d'être malheureuse, sans pour autant pouvoir s'empêcher de l'être.
C'est dans la littérature qu'elle s'abîma donc, dévorant livre sur livre dès qu'elle fut en âge de savoir lire. Dans la littérature, et dans une relation épistolaire. Ayant un jour envoyé un oiseau au hasard, porteur d'une missive adressée à "quelqu'un, quelque part." elle avait reçu une réponse, signée "Thelma, Louisiane." Et, lettre après lettre, elles avaient lié connaissance, puis tissé une amitié solide. Thelma était une jeune fille de son âge, sorcière, comme elle, et afro-américaine. Elle était la fille d'un riche industriel de Louisiane, un self-made man, qui avait érigé sa fortune à la seule force du poignet. Et Thelma était son unique héritière.
Entre les deux fillettes, il y avait un océan, et un monde. Elles ne connaissaient pas les mêmes choses, n'aimaient pas les mêmes choses... mais elles ne demandaient l'une et l'autre qu'à découvrir leurs univers mutuels. Au fil des années passées à se confier mutuellement leurs peines et leurs joies, à se raconter leurs mésaventures et leurs bonnes fortunes, ce fut petit à petit chose faite.

C'est à l'âge de sept ans qu'Evangéline découvrit ses pouvoirs. Jeanne, la femme de son frère aîné Philippe, venait d'accoucher d'une petite Marguerite. Bien sûr, chacun se rendit au chevet de la jeune mère et de son bébé avec un cadeau. il n'y avait qu'Evangéline à ne rien avoir. La petite fille était ennuyée de ne rien avoir à offrir à ce petit bout de chou, ni à sa belle-soeur, qu'elle aimait beaucoup.
Elle avait erré un bon moment dans sa chambre, cherchant quoi offrir parmi les choses qu'elle aimait beaucoup. Elle vit alors, assise sur une petite chaise, une de ses poupées. Une vieille poupée de porcelaine, dont la robe était un peu défraîchie, et dont le visage avait perdu ses couleurs, mais avec laquelle Evangéline avait joué énormément et qu'elle adorait. Un bien piètre cadeau... Et, alors même qu'elle se disait combien elle aurait aimé que la poupée retrouvât ses splendeurs passées, celle-ci se retrouva comme neuve.
Toute joyeuse, serrant contre elle la poupée, elle courut rejoindre le reste de la famille dans la chambre de Jeanne, et la déposa sur le couvre-lit. Ce fut Philippe qui reconnut la poupée. Le premier, il comprit ce qui s'était passé. Dans la famille, on fut satisfait : aucun des six enfants n'était donc un Cracmol.

Le fait de descendre directement de Salazar Slytherin (quand bien même ce n'était que d'une branche cadette) faisait que, depuis le XVème siècle, tous les Serpentard, puis, plus tard, les Serpentaire, firent leurs études à Hogwarts et étaient généralement envoyés à Slytherin. Le fait que leur mère fût anglaise donnait encore plus de légitimité à cette tradition. Les quatre frères d'Evangéline avaient donc fait leurs études à Hogwarts (Philippe et Charles à Slytgherin, Henri à Ravenclaw et Louis à Gryffindor, ce que nul n'avait jamais pu s'expliquer) et Victoire entrait en quatrième année à ravenclaw, quand Evangéline y entra, en 1994.
Le choixpeau ne mit pas très très longtemps à décider où elle irait et l'envoya à Serpentard, où elle se fit rapidement plus d'ennemis que d'amis. Elle se lia pourtant avec un groupe de Slytherins atypiques, pour la plupart plus âgés qu'elle - de la promotion de sa soeur, en fait. Dire qu'ils devinrent amis serait exagéré, d'autant qu'Evangéline était extrêmement précautionneuse avec le terme d'amitié. mais enfin, ils s'entendaient bien.

Et puis, en juin 1995, Voldemort revint. Evangéline et sa soeur surent tout de suite que les évènements qui allaient se dérouler ne seraient pas bons pour l'Europe en général et l'Angleterre en particulier. Pourtant, elle gardaient l'espoir que Hogwarts resterait le dernier bastion de sécurité...
Ce fut le cas encore deux ans. Mais, en juin 1997, les Mangemorts pénétraient à Hogwarts, introduits par un Slytherin, le jeune Drago Malefoy. Ce même soir, Severus Snape, ancien professeur de Potions, devenu professeur de DCFM, directeur de la Maison Slytherin, assassinait Albus Dumbledore.

L'année 1997-1998 fut chaotique, et Edouard Serpentaire, pour soustraire ses filles au danger, choisit de les rapatrier en France. Evangéline, à son grand regret, ne put pas prendre part à l'ultime bataille de Hogwarts.
De retour en France, et alors que sa soeur cherchait un travail pour occuper ses journées, Angie, elle, restait seule à l'Hôtel particulier, ne sortant que le soir pour se rendre à l'Opéra. Elle s'y faisait enfermer et errait dans les lieux, heureuse de se retrouver au coeur de ce bâtiment qui, pour elle, représentait tout un monde auquel elle n'avait pas accès : celui de la lumière.
Ses contacts avec Antoine, qui n'ont jamais faibli malgré la distance, s'intensifièrent. S'intensifièrent aussi ses contacts avec Marc, le jumeau sorcier d'Antoine. Ils finirent d'ailleurs Par sortir ensemble. Peu de temps.
Il fallut exactement six semaines à Angie pour mesurer à quel point Marc était méprisable : imbu de lui même et de son visage qu'il qualifiait de "prafait", contrairement à celui de son jumeau, marqué de cicatrices par le soleil, il se considérait nettement supérieur à Evangéline, qu'il traitait avec condescendance à cause de son "handicap".En fait, il usait d'elle comme de couverture et la trompait à tour de bras. Evangéline, blessée dans son amour-propre et furieuse, mit fin à leur relation de manière très brutale. Ce que marc ne supporta pas. Il se mit alors à la harceler. En vain, Evangéline étant décidée à ne plus avoir aucun contact avec lui.

Pendant quelques temps, Philippe reprit en main l'éducation magique de sa soeur. Mais il n'était pas professeur, et encore moins spécialiste... l'éducation qu'il lui donnait était essentiellement pratique, mais la théorie restait à revoir. Et puis Evangéline, en dehors d'un cadre bien défini, avait une patience limitée, et une capacité d'attention faible. Et puis, elle s'ennuyait. L'action était en Angleterre, ainsi que la plupart des quelques personnes qu'elle appréciait.
Alors, un beau jour, sur un coup de tête, elle plaqua tout, fit ses valises et, après un au-revoir à toute sa famille et à Antoine, à qui elle promit de revenir sains et sauve (ce qu'il ne croit pas une seconde), elle transplana à Londres avec armes et bagages. Un Londres qui sentait son Paris sous l'Occupation.
C'est tout naturellement qu'elle élut domicile à Covent Garden, déserté depuis le début de la guerre. Le grand opéra vide lui plaisait infiniment. Et elle ne tarda pas à se rendre compte qu'elle n'y était pas seule... Chaque jour, alors qu'elle défiait sa propre constitution en s'efforçant de travailler sa voix, elle entendait une autre voix, une voix d'homme, qui la reprenait, la corrigeait, la dirigeait... Et, jour après jour, elle sentait que sa voix, son chant s'amélioraient. Elle gagnait en puissance, en justesse.

Evangéline, bien qu'habituée depuis l'enfance à avoir des Elfes de maison, était assez douée pour tenir une maison. Elle savait cuisiner, faire le ménage, coudre, s'occuper du linge... Elle mettait un point d'honneur à tenir l'Opéra propre et en état, malgré qu'il fût abandonné.
Londres ayant toujours abrité des gens "de sa sorte" (les Romantiques-gothiques), elle pouvait donc aller et venir sans craindre d'être remarquée, faire ses courses en toute tranquillité, et, au besoin, disparaître en empruntant ce dédale souterrain qu'était le réseau de tunnels, de passages et de trappes dont la Voix lui avait révélé l'existence et dont elle avait trouvé un plan déposé sur le pas de la porte de sa chambre.
Elle avait pris l'habitude de préparer à manger pour deux et de déposer la moitié de ce qu'elle avait préparé dans la loge la plus proche de la scène - l'équivalent de la Loge 5 du Palais Garnier. Elle retrouvait toujours ensuite l'assiette, soigneusement lavée et posée sur le coin de la coiffeuse de la loge 3. Et, parfois, avec un petit bout de parchemin sur lequel était inscrit un court compliment ou un mot d'excuse si le plat n'avait pas été mangé.

Petit à petit, elle s'était enhardie, et avait commencé à parler avec la Voix. Assise par terre, au pied du miroir de la loge 3, elle avait eu de longues discussions avec lui. Il voulait tout savoir d'elle, mais ne répondait pas à ses questions sur lui. Chose étrange, il lui parlait un français si parfait que, parfois, elle en oubliait qu'elle était en Angleterre.
Ce n'est que lorsqu'ils évoquèrent la question du camp à choisir dans cette guerre qu'elle eut un aperçu de ce que pouvait cacher la Voix. Elle lui avait expliqué que son ascendance, une partie de son éducation, les convenances et le respect des traditions, et même une partie de son caractère la poussait à suivre lavoie des Mangemorts. Mais son amitié pour Antoine, les discussions qu'elle avait eues avec les membres du dark Gang, toute une partie de son être qui se révoltait contre l'intolérance foncière des Mangemorts, lui interdisaient cette voie.
La Voix s'était alors élevée, si terrible, si furieuse, si effrayante, si éloquente... Il avait crié, avec une rage, une haine inimaginables, contre les Mangemorts et tous ceux qui les suivaient. Il y avait tant de fureur, tant de douleur dans cette voix qui, jusqu'ici ne s'était adressée à elle que de manière calme, aimable, agréable, parfois directive, mais toujours polie, qu'Evangéline s'était surprise à sangloter comme une enfant terrifiée. Tremblante, recroquevillée dans son coin, elle pleurait.
En l'entendant, et peut-être aussi en la voyant à travers le miroir, la Voix avait cessé de crier. "Ne pleure plus... je t'en prie, ne pleure plus ! Je ne voulais pas t'effrayer, crois moi ! pardonne-moi, ne pleure plus, par pitié..." Evangéline s'était alors progressivement calmée. "Jure-moi que tu ne pleureras plus." "Jurez-moi de ne plus me faire peur." Il y avait eu un silence. Il avait finalement soupiré. "c'est impossible, ce que tu me demandes là. Je ne peux pas te promettre de ne plus jamais t'effrayer. Mais je puis te jurer de ne plus le faire volontairement." "Alors, je veux bien vous promettre d'essayer de ne plus pleurer. Mais je ne puis vous jurer que cela n'arrivera plus jamais." Il avait eu un soupir. "Il ne faut pas m'en vouloir, Evangéline. Je suis un homme plein de colère et de douleur. Pour cela, tu dois me pardonner siparfois j'ai des éclats." Elle avait alors posé sa main sur la surface lisse et froide du miroir. "Monsieur, quoi qu'il advienne, je ne vous en voudrai jamais. Je vous pardonnerai toujours." "Tu ne sais pas à quoi tu t'engages, mon enfant." "Je prends le risque." Il y avait eu un silence. Et puis, finalement, elle avait cru sentir la glace tiédir un peu. Elle avait souri et avait appuyé son front au miroir. Elle était restée longtemps dans cette position, puis elle avait entendu comme un froissement de tissu. Et la glace était redevenue froide sous ses doigts.

Ils n'en reparlèrent qu'une seule fois. Très sobrement. Elle lui dit seulement qu'elle allait intégrer le réseau Requiem. Il lui répondit seulement qu'il parlerait d'elle à la Résistance...
avatar
Evangeline Serpentaire
Pensionnaire de Covent Garden

Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 24/08/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Evangéline Serpentaire (en cours)

Message par Ethelredhea Hétairnail le Ven 29 Aoû - 15:31

Grande cinglée, va !
j'adore ta fiche. J'adore ton perso (qui me fait étrangement penser à celui de mon délire sur requiem Mask, que je t'ai fait lire... Plagiaire, va ! ^^). Je t'adore.

Bon, ben tout est dit. Pour moi, c'est OK. Validée et membre du réseau requiem. On avisera quand Poudlard sera rouvert.
Bienvenuuuuuue !

(Enzy, des commentaires ?)

_________________
Mon loisir favori ? Casser du Mangemort.
On me dit folle
Ne vous y fiez pas...
I am... a... DEATH DEALER !
avatar
Ethelredhea Hétairnail
Directrice de l'imprimerie illégale

Féminin
Nombre de messages : 116
Age : 28
Alignement : Résistante et fière de l'être !
Métier : Il en faut ?
Age : 40 ans. Et alors ? On n'a que l'âge qu'on pense avoir !
Date d'inscription : 20/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Evangéline Serpentaire (en cours)

Message par Invité le Ven 29 Aoû - 21:07

hihihi
et dire que j'allais faire des commentaires faux !!!
c'est le problème de confondre les tomes entr-eux ^^

donc ben en fait...

bah, j'ai rien a dire, à part qu'il faut que je me remette les dates en tête xD

bienvenue à la première élève de ce forum !!

et pis, vu que je sais que tu connais déjà du monde, ton intégration ne fais aucun doute sur ce forum.

et pis bah... voilà voilà ^^



[Présentation déplacée chez les validées]

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Evangéline Serpentaire (en cours)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum